Gouvernance et commercialisation des produits de pêche

Les produits halieutiques constituent l’un des principaux produits d’exportation de l’Afrique, avec une valeur annuelle des exportations estimées à 14 milliards USD. Cependant, plusieurs nations côtières ne sont pas capables d’utiliser leurs atouts côtiers et marins tout en les protégeant de la dégradation et de l’exploitation. Tous les avantages économiques et sociaux du commerce des produits de la pêche ne sont pas encore exploités à leur plein potentiel. Sans une structure de gouvernance compétente, la pêche et le commerce des produits de la pêche ne seront pas sauvegardés de façon appropriée pour les générations futures. Les effets du changement climatique susceptibles de modifier l’habitat, la répartition et la productivité des espèces marines sont un facteur de plus en plus important. Les deux Programmes de gouvernance et de commercialisation des pêches de l’Agence du NEPAD servent à encourager les pays africains à prendre en compte et appliquer des politiques et des reformes de gestion destinées à améliorer la productivité, la rentabilité et la durabilité de la pêche en Afrique et le bien-être qui en résulte.
Le saviez-vous?
En raison des pressions élevées de la pêche par les flottes artisanales et par des navires de pêche industrielle étrangers, dont certains pratiquent une pêche illégale, non déclarée et non réglementée (IUU), plusieurs stocks de poissons sont très exploités ou surexploités. L’Afrique de l’Ouest à elle seule perd 1,3 milliard USD par an à cause de l’IUU.

Les produits halieutiques constituent l’un des principaux produits d’exportation pour l’Afrique, avec une valeur annuelle des exportations estimées à 14 milliards USD. Cependant, plusieurs nations côtières ne sont pas capables d’utiliser leurs atouts côtiers et marins tout en les protégeant de la dégradation et de l’exploitation. Tous les avantages économiques et sociaux du commerce des produits de la pêche ne sont pas encore exploités à leur plein potentiel. Sans une structure de gouvernance compétente, les pêches et le commerce des produits de la pêche ne seront pas sauvegardés de façon appropriée pour les générations futures. Les effets du changement climatique susceptibles de modifier les habitats, la répartition et la productivité des espèces marines sont un facteur de plus en plus important.

Les deux Programmes de gouvernance et de commercialisation des pêches de l’Agence du NEPAD servent à encourager les pays africains à prendre en compte et appliquer des politiques et des reformes de gouvernance pour améliorer la productivité, la rentabilité et la durabilité de la pêche en Afrique et le bien-être qui en résulte.

Les programmes traitent principalement des problèmes suivants :

  1. La faiblesse du système de suivi, contrôle et surveillance (MCS), favorisant des pêches illégales, non réglementées et non déclarées (IUU)
  2. La faiblesse des revenus découlant de l’exploitation des ressources halieutiques
  3. La faiblesse et la non-coordination des institutions régissant le secteur
  4. Le manque de connaissance et d’indices pour adopter des réformes
  5. Le potentiel inexploité de la pêche à petite échelle
  6. Le sous-développement du secteur de l’aquaculture au regard de la demande croissante en produits de pêche et la baisse des stocks de poissons dans les eaux maritimes et intérieures du continent.
Results:

Grâce à l’entrée en vigueur du Programme des pêches et de l’aquaculture, la pêche a été intégrée au programme continental avec les résultats suivants :

 

  • L’adoption du Cadre panafricain de politique et de stratégie de réforme des pêches en juin 2014 à Malabo, en Guinée équatoriale par les Chefs d’État et de gouvernement d’Afrique.
  • La création de la Conférence des ministres africains en charge des pêches et de l’aquaculture (CMAPA) en tant qu’organe de politique continental CMAPA I (Banjul 2010).
  • La constitution du CMAPA comme secrétariat au sein de BIRA (CMAPA II-Malabo 2014) basé à Malabo.
  • Des groupes de travail sur le Programme des pêches et de l’aquaculture ont été constitués comme Groupe de travail de l’Union africaine pour les pêches pour soutenir le processus de réforme des pêches (CMAPA II).
  • La « pêche » est définie comme une priorité d’investissement dans plus de 20 États membres du PDDAA Compact.
Contact:

Email: BettyA@nepad.org

Back to Top